Retour

Mardi 18/02/2014

Lettre N° 275

par Jacques MOUTTERLOS



1e partie : dans notre république laïque

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la Loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. » Article 1 de la Constitution, adoptée par référendum, le 28 septembre1958.

« La République assure la Liberté de conscience …ne reconnaît, ni ne salarie, ni ne subventionne aucun culte » Loi de séparation des Eglises et de l’État, 9 décembre 1905.-

PROPOSITION DE LOI d’extension de la séparation des Églises et de l’État sur tout le territoire national, présentée par M. Jean-Jacques CANDELIER, député

Article 1er Le13 de l’article 7 de la loi du 1er  juin 1924 mettant en vigueur la législation civile française dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle est supprimé.

Article 2 Dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, des associations sont constituées pour subvenir aux frais, à l’entretien et à l’exercice public d’un culte, conformément aux articles 21 à 79-III du code civil local. Elles sont soumises aux dispositions de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État.

Les établissements publics locaux du culte sont supprimés. Leurs biens mobiliers et immobiliers sont transférés aux associations visées au présent article. Les biens mobiliers et immobiliers n’ayant pas été réclamés par ces associations dans les deux années suivant l’entrée en vigueur de la présente loi sont mis en vente. Les modalités d’application du présent article sont déterminées par décret en Conseil d’État.

Article 3 Il est mis un terme au recrutement par l’État des ministres du culte dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle.

Article 4 L’ordonnance de Charles X du 27 août 1828 ainsi que les décrets-lois du 16 janvier 1939 et du 6 décembre 1939 concernant l’institution de conseils d’administration des missions religieuses sont abrogés. »

Lire l’exposé des motifs sur http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1751.asp comme le dit l’article ci-dessous, cette proposition a le mérite d’exister. Mais elle est bien insuffisante ! Rien sur les territoires d’outre mer. Rien sur l’éducation religieuse dans les écoles d’Alsace-Moselle et le recrutement par l’État de professeurs de religion. Rien sur l’entretien des lieux de culte de la seule religion catholique romaine par l’État sur tout le territoire national…

Proposition de loi d’extension de la séparation des Églises et de l’État sur tout le territoire nationalPar l'UFAL Lundi 3 février 2014

En ces temps de reculs incessants du gouvernement, tant sur les promesses de campagne du candidat Hollande que sur les questions économiques, sociales et sociétales, les actes de certains parlementaires méritent d’être soulignés.

L’UFAL salue donc l’initiative du député Jean-Jacques Candelier du groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine qui a déposé une proposition de loi d’extension de la séparation des Églises et de l’État sur tout le territoire national.

Rappelons que la loi de 1905 ne s’applique pas en Alsace-Moselle du fait du statut concordataire, de même que dans la plupart des collectivités d’Outre-Mer.

C’est pourquoi l’UFAL a participé à la campagne « laïcité sans exceptions » qui a réuni près de 6000 pétitionnaires pour dire « Oui à la constitutionnalisation des principes de la loi de 1905 - Non au maintien des statuts dérogatoires (Alsace-Moselle, collectivités d’Outre-Mer) »

Cette proposition de loi ne prévoit pas de régime transitoire ni de consultation des populations, positiodéfendue par l’UFAL et partagée par le Collectif laïque, mais elle a le mérite d’exister ! »

http://www.ufal.info/feminisme-et-laicite/feminisme-et-laicite-breves/proposition-de-loi-dextension-de-la-separation-des-eglises-et-de-lÉtat-sur-tout-le-territoire-national/8547

L’adresse : un nouveau critère de discrimination 08/02/2014

Au cours de sa visite à Besançon, le ministre de la Ville François Lamy doit rencontrer une délégation de chefs d’entreprise, à la maison de quartier Nelson-Mandela de Planoise. Ce rendez-vous lui permettra d’évoquer l’inscription dans la loi d’un nouveau critère de discrimination : le lieu de résidence. Au même titre que le sexe, l’appartenance ethnique, l’orientation sexuelle ou encore le handicap, ce facteur pourra être invoqué pour poursuivre en justice un employeur, un propriétaire d’immeuble ou une banque soupçonnés de refuser une candidature, une location ou un prêt en raison de l’adresse du demandeur. Une étude de l’Observatoire national des zones urbaines et sensibles a montré qu’habiter une banlieue ou un quartier réputé « sensible » divisait par trois, à niveau de formation égal, les chances d’être convoqué à un entretien d’embauche. C’est le fameux « effet 9-3 », régulièrement dénoncé par les associations et élus de banlieues. L’introduction de ce nouveau critère risque toutefois de se heurter aux difficultés de sa mise en pratique sur le terrain du droit, prouver la réalité d’une « discrimination », territoriale en l’occurrence, n’étant jamais chose aisée.

L’auteur de cet article ne semble pas savoir qu’en matière de discrimination il appartient à l’accusé de faire la preuve de son innocence.

Langues régionales : un autre mode de iscrimination sociale

L'enseignement du fait religieux dans l'école laïque, Régis Debray , ed, Ministère de l'éducation nationale, Février 2002 35 pages

Le rapport estime qu'il est nécessaire d'avoir une approche raisonnée des religions comme faits de civilisation. Pour ce faire, il émet douze recommandations pour l'enseignement du fait religieux à l'école. Il préconise tout d'abord une évaluation des programmes d'histoire, de géographie et de lettres, un renforcement des cohérences entre ces programmes et la mise en place d' "itinéraires de découvertes" au collège et de "travaux personnels encadrés" au lycée sur ce sujet. Il s'attache ensuite à la formation des enseignants en recommandant notamment la création, dans les IUFM, d'un module "Philosophie de la laïcité et histoire des religions" et l'instauration de stages de formation continue sur la laïcité et l'histoire des religions. Il souhaite enfin que la 5ème section de l'Ecole pratique des Hautes études soit habilitée à rendre des avis sur les manuels scolaires et propose la création d'un "Institut européen en sciences des religions".

Téléchargeant l'article :

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/024000544/0000.pdf

Régis Debray veut encore renforcer l’étude du fait religieux dans l’école publique, mais il suffit de lire les deux premières lignes de son rapport pour s’interroger sur l’objectif : « Apparent consensus. L’opinion française, dans sa majorité, approuve l’idée de renforcer l’étude du religieux dans l’École publique... » Oui c’est bien l’étude du religieux et pas seulement du fait religieux que régis Debray cite ici. Lapsus révélateur ?.

Note du CROA : l'enseignement du fait religeux n'a pas sa place à l'école de la République, le fait religieux est inclus dans l'Histoire et la littérature et n'a pas à faire l'objet d'un enseignement particulier sans le risque de pire dérives. Quand à Régis Debray, son parcours est assez étonnant, de la Révolution cubaine à l'activisme religieux au niveau national en relation avec le parti socialiste français.

Le fantasme des parents par Jean-Michel Muglioni En ligne le 5 février 2014

Il suffit que les parents d’élèves soient au centre du système scolaire et que l’école soit chargée d’enseigner des valeurs pour que s’allume une guerre de religion. Jean-Michel Muglioni rappelle ici qu’il ne peut pas en être autrement

Voici l’école à nouveau le centre de polémiques (1). Aux absurdités de familles jalouses de leurs prérogatives le ministre répond qu’on y enseigne les valeurs de la République, parmi lesquelles l’égalité de l’homme et de la femme.

Il est manifeste que cette valeur n’en est pas une pour un grand nombre de familles. Elles ont été facilement mobilisées par une formidable supercherie : quelques extrémistes politiques et religieux n’ont eu aucune peine à leur faire croire que dès la crèche, la différence sexuelle serait niée, et qu’on enseignerait la masturbation et l’homosexualité. Un cardinal avait bien dit au printemps dernier que la législation sur le mariage homosexuel ouvrait la porte à la zoophilie (2). Ces questions remuent les pires passions. Il fallait donc s’attendre à cet assaut de bêtise. C’était même l’occasion de relire Freud… ».

Lire la suite sur

http://www.mezetulle.net/article-le-fantasme-des-parents-par-j-m-muglioni-122420030.html

Le retour des factieux contre la République par Le bureau national de l'UFAL Mercredi 29 janvier 2014

Une coagulation des colères ? Que le terme est mal choisi ! La coagulation désigne la constitution d’une masse par des éléments identiques. Parlons plutôt d’agrégat pour désigner le mouvement en cours tant ses composantes sont diverses et variées.

Certains avaient théorisé un « mai-68 à l’envers », d’autres, pourtant d’essence contre-révolutionnaire s’imaginent en 1788, à la veille d’une révolution. Pourtant, si l’on doit se référer au passé, réflexe pavlovien en période de crise, c’est bien vers les années 30 qu’il faut regarder.
On pouvait la croire disparue, ou plus lucidement réduite au silence. La droite factieuse, celle des ligues, de la révolution nationale et du nationalisme intégral de Maurras est de retour sur la scène publique et dans la rue. Réveillée par Sarkozy, elle a été réactivée par les hésitations et les lenteurs de Hollande pour faire adopter sa promesse électorale du mariage homosexuel. […] Les passerelles qui ont permis cette agrégation sont peu nombreuses. Il y a tout d’abord les Associations familiales catholiques, très actives dans les mobilisations de la Manif pour tous, et ses relais cléricaux et cléricalistes […] Les intégristes catholiques, dont certains ont été réintégrés dans l’Église catholique romaine par Benoît XVI, tentent d’affaiblir l’École laïque en rependant de fausses rumeurs […]
L’Union des FAmilles Laïques appelle tous les citoyens à la vigilance et au rejet de ces actions anti-républicaines.

Les familles ont droit à la paix civile, la laïcité en est plus que jamais la garantie.

lire sur http://www.ufal.info/famille/le-retour-des-factieux-contre-la-republique/8492

Le Centre national de la Recherche Scientifique (CNRS) organisait un colloque intitulé « Franc-Maçonnerie et Religion en France au 20e siècle » à paris le mardi 11 février 2014 voir le programme sur http://www.jlturbet.net/article-cnrs-colloque-franc-maconnerie-et-religion-en-france-au-20eme-siecle-11-fevrier-2014-a-paris-122431717.html

La prétendue « théorie du genre » : une intoxication réactionnaire qui ne doit pas abuser les familles ! Par l'UFAL Vendredi 31 janvier 2014

Une campagne de boycott de l’école publique a été lancée ces derniers temps, et a suscité à juste titre l’inquiétude des familles et des enseignants. À la base, une opération d’intoxication visant à faire croire qu’on enseignerait désormais la sexualité en maternelle, la « théorie du genre » partout ailleurs, voire qu’on inciterait les enfants à devenir homosexuels. Il est regrettable que des familles se soient laissées abuser par des inventions aussi grossières.

L’UFAL rappelle qu’il n’existe pas de « théorie du genre ». Cet épouvantail imaginaire a été inventé en 2011 par les réactionnaires de la droite catholique, repris par certains cercles de l’UMP, lors de la parution des nouveaux programmes de Sciences de la Vie et de la Terre des classes de première (rappelant la différence entre sexe biologique et orientation sexuelle). L’offensive de l’extrême droite et des cléricaux contre le mariage pour tous lui a, en 2013, redonné force et vigueur.

La manipulation reprend aujourd’hui, au prétexte de la publication, par le ministère de l’Éducation nationale, d’un « ABCD de l’égalité » appuyant une campagne pour « l’égalité entre les filles et les garçons à l’école ». L’UFAL soutient totalement cette démarche, et considère qu’elle fait partie intégrante des missions d’instruction de l’école. S’il n’y a pas de « théorie du genre », en revanche les « études sur le genre », relevant du champ de la sociologie et de l’anthropologie, fournissent une base rationnelle à la critique des « stéréotypes de genre » (« papa travaille, maman cuisine »), indispensable à l’éducation à l’égalité…»

Lire la suite sur

http://www.ufal.info/famille/famille-communiques-de-presse/la-rumeur-genre-feminin-lemensongegenremasculin/8520

Quand les associations familiales catholiques dénonçaient la mixité, la promiscuité et les petites filles transformées en garçonnes… en 1935 par l'UFAL Lundi 3 février 2014 Permalien vers cet article

Avec ce document historique, on peut constater que les récents délires au sujet d’une prétendue « Théorie du genre » ne sont pas nouveaux : en 1935, les Associations Familiales Catholiques dénonçaient déjà « les petites filles transformées en garçonnes dès l’âge de treize ans » à cause de la « promiscuité qui se pratique en classe (sic) et en récréation », que « cela suffit pour que plus d’une élève soit déjà allée se faire soigner aux Maternités », et que bientôt on aura « l’enseignement sexuel avec exercices pratiques de pièces anatomiques articulées », le tout à cause de la « lèpre de la laïcité ».

« Hier comme aujourd’hui, les adversaires de la laïcité ont toujours agité les mêmes chiffons rouges »



Le CNAFAL avec la Manif pour la liberté

Communiqué de presse Paris, le 02 Février 2014

Le CNAFAL, depuis plusieurs semaines, a affirmé sa pleine solidarité avec les femmes espagnoles puis a réaffirmé, en France et pour l’Europe, la liberté pour les femmes de disposer librement de leur corps et de choisir le moment de la maternité ou de ne pas choisir la maternité.

Présent au 1er rang des manifestations du 1er Février à Paris et en province, il a rappelé son attachement à l’égalité homme/femme pleine et entière, son attachement à l’égalité juridique pour les nouvelles familles.

Pour le CNAFAL, la famille n’est pas la brique de base de la société ; il n’y a pas de modèle standard de la famille. Le CNAFAL récuse toute tentative d’ériger la famille en catégorie politique comme le suggèrent certains nostalgiques d’une période révolue où la République avait été mise entre parenthèses au prétexte d’une Révolution Nationale.

Le CNAFAL se réfère à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et non à la Déclaration des Droits de la Famille de 1920 ou celle de juin 1989.

Le CNAFAL se réfère à une école laïque qui inculque les valeurs de la République à travers « les ABCD de l’Egalité » contre tout formatage sexiste et dénonce toutes les tentatives de manipulation sous prétexte de combattre « la théorie du genre ».

Le CNAFAL appelle tous les progressistes à porter haut les couleurs de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, y compris dans le champ familial et le droit pour chacun à bénéficier d’une éducation laïque c’est-à-dire dégagée de tous les préjugés quels qu’ils soient. »

Qui en veut aux arbres de la laïcité ? Sylvain MOUILLARD 6 février 2014

Depuis quelques mois, des arbres plantés pour célébrer la loi de 1905 sont décapités par des activistes anonymes qui défendent une France «catholique» et ciblent la « franc-maçonnerie ».
Depuis quelques mois, des déracineurs anonymes sévissent un peu partout en France. Leurs cibles : un ginkgo biloba par ci, un chêne vert par là. Ces arbres ont un point commun. Ils ont été plantés pour célébrer la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’État. De Concarneau à Angers, en passant par Bordeaux et l’Essonne, les actes de vandalisme se multiplient. Si leurs auteurs passent pour l’instant entre les mailles des filets policiers, leurs motivations, elles, semblent claires : défense d’une France « catholique » et rejet de la « franc-maçonnerie »

Lire la suite sur http://www.liberation.fr/societe/2014/02/06/les-arbres-de-la-laicite- deracines-en-serie_978348


Lettre de Cavanna aux culs-bénits Publication: 30/01/2014

Ecrivain, dessinateur et journaliste trouble fête, François Cavanna s'est éteint, mercredi 29 janvier, à l'âge de 90 ans. Il fut la figure de proue d'une génération et d'un journalisme provocateur, subversif et irrévérencieux, de Hara Kiri à Charlie Hebdo. Hommage au maître disparu : cette Lettre ouverte aux culs-bénits, publiée il y a 20 ans, n'a pas perdu une ride.

http://www.huffingtonpost.fr/nicolas-bersihand/lettre-ouverte-de-cavanna-le-xxie-siecle-sera-un-siecle-de-persecutions-et-de-buchers_b_4694124.html

Inscrivez vos ados à la colonie de vacances européenne LAÏCITAD !

Cette année encore, l’UFAL participe à l’organisation de « Laïcitad, terres de libertés », un voyage d’échanges et de rencontres entre adolescents issus de différents pays. Ce séjour interculturel, qui s’adresse aux jeunes âgés de 13 à 15 ans, se déroulera du 17 au 31 juillet 2014 dans les Pyrénées (non loin de la commune de Saint-Lary-Soulan). Renseignements : http://www.ufal.org/laicitad-2014

2e partie : dans notre commune (Besançon), notredépartement (le Doubs), notre région (La Franche-Comté) ; (Institutions républicaines)

Lamy à la mosquée et dans les quartiers 08/02/2014

En déplacement à Besançon, le ministre de la Ville doit rencontrer aujourd’hui les représentants locaux de la communauté musulmane, après une série d’actes racistes visant les mosquées bisontines. Alors que les deux assemblées viennent d’adopter en première lecture, et à la quasi-unanimité, son projet de loi sur la cohésion urbaine, le ministre délégué à la Ville François Lamy est attendu ce samedi en Franche-Comté pour une visite qui le conduira à Planoise, l’une des quatre zones urbaines sensibles (ZUS) de Besançon, et à la mosquée Al-Fath, dans le quartier de Saint-Claude. Une rencontre avec les représentants des cultes et associations de lutte contre les discriminations est prévue, ce déplacement faisant suite aux profanations commises ces derniers mois sur différents lieux de prière et de rassemblement musulmans, à Besançon et Pontarlier.

Dans la nuit du 22 décembre 2013, une tête de cochon avait été déposée devant le portail d’enceinte de la mosquée Sunna, souillée auparavant, et à plusieurs reprises, avec des tags racistes et islamophobes. D’autres inscriptions du même acabit avaient fleuri durant cette période sur la façade du lycée Tristan-Bernard et devant la mosquée Al-Fath. « Rien ne peut justifier des actes ou paroles antisémites, antimusulmanes ou homophobes », indique le cabinet du ministre. Au lendemain des faits, celui-ci avait exprimé son « émotion » et son « soutien » aux représentants locaux de la communauté musulmane... »

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/02/08/lamy-a-la-mosquee-et-dans-les-quartiers

    Journée de la Laïcité : réponse du président Conseil General et mon nouveau courrier voir PJ « JM au Pt CG… », ainsi que la copie de la lettre que m’avait adressée le Pt du CG le 5/12/2012. Voir PJ. Notre ami, le président du conseil général a la mémoire courte ! Il est vrai que quand on cumule les fonctions on a du mal à tout maitriser…

Travaux - L’entente pas tout à fait religieuse 08/02/2014

Les uns la regardent avec fierté, les autres avec défiance. A Chargey-lès-Gray, au moins, l’église du village ne peut pas laisser indifférent. Et ce n’est pas d’aujourd’hui que cela date. Son état décrépit avait poussé, le 21 septembre 2010 dernier, le conseil municipal, à inscrire un projet de rénovation. De par le coût qu’il représentait, il n’avait clairement pas fait l’unanimité (8 pour, 5 contre). « Au départ, le projet n’incluait pas la réfection de la toiture », indique Patrice Lavoye […]

Le maire et son adjointe ont en revanche voulu clarifier la situation quant à cette annonce qui les ferait passer pour mauvais gestionnaires (lire par ailleurs). «L’église a été réalisée sans emprunt. Nous avons reçu 25 % de subventions et avons également été aidés par des dons en mécénat ». Quid du surplus de la toiture, surligné par Jacques Dubois ? «Le projet était de 250 000€, mais il n’a pas été considérablement augmenté comme on peut l’entendre. En fait, nous avons abandonné le coût du chauffage étant donné que la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) ne voulait entendre parler que d’un plancher chauffant ». Dans l’affaire, 50 000€ ont été économisés, pour 65 000€ de nouvelles dépenses pour la toiture. Pour ne pas mettre en péril l’intérieur du patrimoine avec des variations brutales de températures, la décision a été prise de simplement ventiler l’église avec des grilles à l’entrée... »

http://www.estrepublicain.fr/politique/2014/02/08/l-entente-pas-tout-a-fait-religieuse Il faut rappeler que les communes doivent assurer l’entretien des églises catholiques dont elles sont propriétaires (en contradiction totale avec le principe de Laïcité) pour la sécurité des usagers et la conservation du bâtiment. Elles n’ont en aucun cas à prendre en charge l’installation de chauffage et encore moins les combustibles.



3e partie : dans l’humanité

« Les histoires sont remplies de guerres de religions, mais qu'on y prenne garde, ce n'est point la multiplicité des religions qui a produit la guerre, c'est l'esprit d'intolérance qui animait celles qui se croyaient dominantes. » Montesquieu, Mes pensées

Union Européenne

Le Lycée français de Doha conforme à l'islam Par Le Figaro.fr avec AFP le 28/01/2014

La France et le Qatar ont signé aujourd'hui un accord qui a permis de régler "certains problèmes" au lycée Voltaire de Doha et instituera une séparation des sexes au niveau du secondaire et l'enseignement de la religion musulmane.

L'accord a été signé en présence de la ministre déléguée aux Français de l'étranger, Hélène Conway-Mouret. « Il y a trois questions qui sont importantes pour les Qataris et les Arabes qui fréquentent cette école, et ce sont l'enseignement de la charia islamique, de la langue arabe et de la séparation entre garçons et filles à partir d'un certain âge », a déclaré le procureur général du Qatar et président du conseil d'administration de l'école, Ali ben Fetis Al-Marri. « Nos amis français se sont montrés compréhensifs, car l'essentiel pour nous est d'avoir des Qataris francophones attachés à leur langue et leur religion », a-t-il ajouté.

L'accord institue l'enseignement de la religion musulmane et de l'arabe dans cette école franco-qatarie, et mettra en place à l'avenir une séparation entre filles et garçons à partir du secondaire. L'école ne compte pour le moment que des classes de maternelle et du primaire… »

Lire la suite sur http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/01/28/97001-20140128FILWWW00408-le-lycee-francais-de-doha-conforme-a-l-islam.php

Comment un ministre de notre République laïque peut il signer un tel accord ! Mais le quai d’Orsay a démenti, voir ci-dessous

Accord relatif au Lycée Voltaire de Doha (28 janvier 2014)

Contrairement à une information de presse, l’accord relatif au lycée Voltaire de Doha, qui a été signé aujourd’hui, ne porte ni sur les cours de religion ni sur les questions de mixité. L’accord établit une relation contractuelle entre le lycée Voltaire et l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). Le premier s’engage à verser une contribution à l’agence, en échange de laquelle il bénéficiera, pour ses professeurs, de formation continue et de visites d’inspection. L’établissement va pouvoir se rapprocher des normes et des pratiques françaises. En signant l’accord, l’établissement s’engage notamment à respecter la « charte de l’enseignement français à l’étranger », qui se réfère aux principes de laïcité et de neutralité de l’éducation. L’établissement, qui accueille des enfants de la maternelle à la sixième, est mixte. Toutes ses classes mêlent garçons et filles, conformément à l’esprit et à la pratique de l’éducation française. S’il existe des cours de religion au lycée Voltaire de Doha, ils sont dispensés en dehors du programme scolaire officiel français, dans le temps périscolaire, comme cela se fait dans de nombreux pays. En outre, seuls les Qatariens sont tenus de suivre ces enseignements, conformément à la loi locale. L’obligation ne s’impose en aucun cas aux autres enfants (non-qatariens), en particulier aux jeunes Français. Cette pratique est donc parfaitement conforme à nos principes de laïcité. » http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/qatar/la-france-et-le-qatar/evenements-3624/article/accord-relatif-au-lycee-voltaire

Québec, Laïcité: la communauté LGBT a la mémoire courte : 22/01/2014

La Charte de la laïcité défendue par le gouvernement péquiste vise à promouvoir une conception citoyenne et républicaine de la nation, antinomique avec le multiculturalisme et a fortiori toutes les formes de communautarisme qui en résultent.

Comme le souligne la philosophe Élisabeth Badinter: « Il y a eu depuis 20 ans un postulat de bonne éducation qui est le suivant: nous devons accueillir toutes les cultures, et nous devons recevoir et accepter toutes les traditions qui ne sont pas les nôtres. Ce qui, quand vous y réfléchissez, est complètement aberrant, et qui explique probablement en partie les réactions brutales et de rejet auxquelles on peut assister dans les sociétés occidentales, même les plus tolérantes [...] C'est parce qu'il était convenu que la tolérance n'avait pas de limites. Nous devions tolérer ce que nous jugions pour nous-mêmes intolérable. » Le multiculturalisme attire l'attention sur ce qui nous différencie les uns des autres, la Cité n'étant plus qu'une somme infinie d'accommodements raisonnables, ou plutôt déraisonnables, au profit de tel groupe ethnique ou confessionnel. À contrario, la laïcité - fille des Lumières - met l'accent sur ce qu'il y a de commun entre tous les citoyens. Le rôle d'une puissance publique laïque est ainsi de promouvoir l'intérêt commun à tous par delà les particularismes, en traitant les citoyens, quelles que soient leurs convictions spirituelles ou philosophiques, à égalité.

Le principe même de l'accommodement sous-tend l'idée qu'un citoyen peut se soustraire à la loi commune, s'y dérober impunément. À l'inverse, le principe de laïcité est fidèle à l'esprit de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789… »

La suite sur

http://quebec.huffingtonpost.ca/alban-ketelbuters/laicite-communaute-lgbt-position_b_4639056.html

Fribourg: La revue «Sources» se penche sur la polémique provoquée par le système «dual» de l'Eglise catholique

« Faut-il séparer l'Eglise de l'État ou maintenir le statu quo? »

Fribourg, 30 janvier 2014 (Apic) Le système dual sur lequel est basé l'Eglise catholique en Suisse, qui prévoit un partage des tâches entre les autorités de droit public ecclésiastique démocratiquement élues et le clergé, provoque la polémique outre-Sarine. Les corporations ecclésiastiques et l'Eglise canonique s'opposent régulièrement, notamment sur les questions financières. Dans son premier numéro de l'année 2014, la revue dominicaine Sources propose une réflexion sur les relations entre Eglise et État, ainsi que leur enjeu.

Lire la suite sur http://kipa-apic.ch/index.php?pw=&na=0,0,0,0,f&ki=251273

Des "patrouilles chrétiennes" attirent l'attention des autorités londoniennes La rédaction | le 07.02.2014

Selon le Daily Mail, Scotland Yard enquête actuellement sur un groupe d'extrême droite autoproclamé « les patrouilles chrétiennes ». Dans des vidéos postées sur internet, les « patrouilleurs » - dont l'ex-élu Paul Golding du parti nationaliste (British National Party) - provoquent les musulmans du quartier de Whitechapel et annoncent qu'il s'agit d'une campagne de prévention.

Le groupe affirme s'être constitué en réaction aux « patrouilles musulmanes », dont deux membres ont été emprisonnés en décembre dernier pour harcèlement, intimidation et attaques dans l'East End. Les deux « patrouilleurs » arrêtés harassaient les passants prétendant leur imposer la charia - loi islamique dont l'interprétation varie fortement en fonction des écoles… »

Lire la suite sur http://www.fait-religieux.com/des-patrouilles-chretiennes-attirent-l-attention-des-autorites-londoniennes

Guerres de religions !

Les leaders religieux mènent le jeu dans la course aux élections 31/01/2014

La victoire aux élections générales à venir en Inde sera-t-elle celle des gourous ? C’est la question que posent deux journalistes indiens dans les colonnes de l’agence Ucanews, ce 31 janvier. La progression spectaculaire de l’hindouiste Narendra Modi, ministre-président du Gujarat et candidat du BJP pour le poste de Premier ministre en Inde, l’atteste : le soutien des gourous et leaders hindous en sa faveur a joué un rôle décisif, tout comme sa décision d’ériger une statue géante à la gloire de Sardar Patel, une grande figure de l’indépendance indienne, recyclée pour l’occasion en champion du nationalisme hindou.

Ces derniers mois, Narendra Modi a également affronté, dans un duel médiatique, Nitish Kumar, ministre-président du Bihar, qui a annoncé fin novembre lancer la construction du « plus grand temple hindou au monde » avec la bénédiction de l’un des gourous les plus influents, Swaroopananda Saraswati. Un soutien religieux qui lui a d’ores et déjà permis de rallier de nombreux électeurs.

L’article ci-dessous, signé de Ritu Sharma et de Christopher Joseph, a été traduit par la rédaction d’Eglises d’Asie… ». Lire sur

http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud/inde/2014-01-31-pour-approfondir-les-leaders-religieux-menent-le-jeu-dans-la-course-aux-elections



Centrafrique - Violences sans précédent - L’exode des musulmans 08/02/2014

De nouvelles violences ont été dirigées hier à Bangui contre des civils musulmans qui tentaient de fuir la capitale. Un homme a été lynché en pleine rue et en plein jour. Tous ne parviennent pas à quitter le pays. Ils sont centrafricains et pas toujours bienvenus au Tchad ou au Cameroun. Des milliers de réfugiés tentent de passer les frontières à pied.

Loin des déclarations rassurantes de l’état-major militaire français, les constatations sur place font froid dans le dos. Ainsi, Médecins sans frontières (MSF), qui compte 240 expatriés et 2 000 personnels nationaux sur place, dénonce-t-il une montée des violences : « Au cours des dernières semaines, l’extrême violence qui prévaut depuis près d’un an en Centrafrique a atteint des niveaux intolérables et sans précédent », affirme l’ONG.

MSF pointe les violences quotidiennes perpétrées dans l’ensemble du pays, y compris dans la capitale, par différents groupes armés, et s’inquiète tout particulièrement des « représailles collectives menées contre la communauté musulmane minoritaire ». L’épisode très médiatisé du lynchage à mort d’un musulman par des forces armées à peine reconstituées, il y a trois jours, vient illustrer ce que voient chaque jour les médecins et les infirmiers français. Rien qu’à leur centre de médecine de Castor, à Bangui, la semaine dernière, 91 personnes blessées par machette ou par balle ont été accueillies

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé hier l’ouverture d’un examen préliminaire, préalable à une enquête, sur des crimes graves commis en Centrafrique.

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/02/08/l-exode-des-musulmans



4°partie : publications, sites, citations

La guerre des idées - Une analyse du néo-conservatisme dans ses expressions françaises depuis les années 2000, Juliette Grange http://www.decitre.fr/livres/la-guerre-des-idees-9782354721671.html

Crise des valeurs de la République : Analyse et Perspectives, conférence publique du 17 décembre 2013 par Madame Christiane TAUBIRA: A voir sur www.godf.tv

La sécurité sociale : une institution de la démocratie, par Colette Bec, éd. Gallimard, 326P. 23 http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-des-Sciences-humaines/La-Securite-sociale

La Démocratie aux marges, David Graeber, le bord de l’eau, 120 p. 12 €

http://lectures.revues.org/13123

Actualités et Culture Berbère, n° 74/75 est disponible à l’ACB, retrouvez les actes du colloque « La laïcité en actes,  à l'épreuve du vivre-ensemble » Ainsi que la restitution de l’hommage à Tahar Djaout. mailto:contact@acbparis.org

Ensemble, pour une éthique de la coopération, Richard Sennett, Albin Michel, 380 p. 24 €

http://www.albin-michel.fr/multimedia/Documents/espace_journalistes/communiques_de_presse/201401/SENNETT.pdf

Retour