Retour

CONTRE LA MILITARISATION DE L'ENSEIGNEMENT

Le sabre étant le complément indispensable du goupillon,
voici les termes de la convention dénoncée par un tract de la CNT de Besançon,
un texte qui aurait pu passer pour un gag il y très peu d'années !
Le 15 septembre, le conseil d'administration de l'Université de Franche-Comté a voté une convention entre l'Université de Franche-Comté et la septième Division Blindée Elle a été voté avec l6 voix pour, une abstention et cinq voix contre.
La signature de cet accord, outre qu'il rappelle que l'on ne peut avoir aucune confiance dans les élus aux organismes paritaires, montre une nouvelle fois la lente mais certaine militarisation de la société. Après les protocoles d'accord armée-éducation, les conventions entre l'armée et l'ANPE, le plan vigipirate et les multiples publicités ventant les mérites de l'armée de terre, cette convention est une nouvelle preuve de la place croissante que prend l'armée dans la vie quotidienne. Les gouvernements peuvent bien abolir le service militaire obligatoire, l'armée entre dans la vie de tous les jours. Or, même parée d'alibis humanitaires ou d'insertion professionnelle, l'armée reste l'un des piliers de la société capitaliste. Son rôle est de réprimer les populations dès lors qu'elles s'écartent des chemins de l'ordre établi L'utilisation de l'armée pour briser les grèves ne s'est jamais démentie depuis que le capitalisme existe, la grève des ouvriers de la RATP fin 1988 est là pour le rappeler. Quant aux peuples des pays colonisés ou néo-colonisés c'est dans leur chair qu'ils découvrent la fonction de cette école du crime. Les Kanaks à Ouvéa par les porteurs de médailles, ou plus récemment les exactions de l'armée française en Afrique (Ruanda, Tchad) sont encore dans nos mémoires
Nous avons décidé de publier l'intégralité du texte de cette convention, peu connue, et qui parle d'elle-même
CNT-AIT, c/o CESL, BP 121, 25014 Besançon cedex

Convention-cadre passée entre l'Université de Franche-Comté (UFC) et le régiment de la 7ème Division Blindée (7ème B.D.)

Convention entre :

l'État-major de la 7ème Division blindée et de la Circonscription militaire de défense de Besançon, d'une part et l'Université de Franche-Comté d'autre part, agissant dans le cadre de la construction d'un partenariat, il est convenu ce qui suit :

Article 1 :
Dans la perspective de la professionnalisation de l'appareil de défense, et afin de conduire, en amont des actions de recrutement tendant à satisfaire la diversité de ses besoins, et, en aval, une politique de reconversion rationnelle et utile, la collectivité militaire ne peut ignorer la société civile dont elle est consubstantielle. La réussite de la professionnalisation est directement dépendante d'une stratégie de partenariat, permettant de prendre en compte les réalités locales et de personnaliser les actions entreprises.
Article 2 :
L'Université de Franche-Comté, pour sa part, ne peut ignorer l'institution militaire à laquelle elle peut apporter le concours de ces structures et de ses compétences et auprès de laquelle elle peut trouver l'apport de savoir-faire directement exploitable dans des secteurs spécifiques de formation.
Article 3 :
C'est pourquoi l'État-major de la 7ème D.B. et de la circonscription militaire de défense de Besançon et l'Université de Franche-Comté décident de la création d'une instance commune de concertation et de réflexion.
Article 4 :
Cette instance reçoit le mandat de travailler dans les quatre domaines suivants :
    4.1. Trouver les champs et les méthodes d'investigation afin que les deux institutions apprennent à mieux se connaître mutuellement ;
    4.2. Établir le constat des synergies envisageables et souhaitables dans la perspective de la professionnalisation de l'Armée de Terre ;
    4.3. Explorer les domaines dans lesquels les échanges et compétences sont possibles ;
    4.3.1. Organisation de stages, au profit des étudiants, dans les formations militaires dans le cadre de diplômes professionnalisants ;
    4.3.2. Participation de cadres militaires à des formations dans des domaines de compétence à définir;
    4.3.3. Organiser la contribution de l'Université de Franche-Comté à la préparation de la reconversion des cadres en particulier par la formation continue.
Article 5 :
Chacune des parties, pour ce qui la concerne, désignera les personnes habilitées à siéger, ès qualité, dans l'instance de concertation et de réflexion.
Article 6 :
Les deux parties conviennent d'organiser une réunion bipartite chaque semestre.
Article 7 :
Les travaux de l'instance commune de concertation et de réflexion pourront être validés par des actions concrètes au cours de l'année universitaire 1997-1998.

Retour